We Fight For Freedom©

Le point Finances du jour

Je suis tout nouveau sur ce blog et je remercie encore une fois Snow de m’accueillir dans son antre afin de m’exprimer. Vous avez pu voir avec mon premier billet que mes sujets sont quelque peu différents du hacking, des réseaux, du numérique… Et aujourd’hui je vais vous parler un peu de finance. Alors je vais essayer de faire soft pour ne pas vous abrutir dès mon deuxième billet. Je vais juste vous faire un petit état des lieux rapide pour essayer de vous faire comprendre que nous sommes loin mais alors très loin du bout du tunnel…

Le site Les Echos nous révèle aujourd’hui, même si ce n’était un secret pour personne, que le Japon risque de se trouver en situation de cessation de paiement au mois d’octobre. Pour les novices en la matière, le Japon pourrait donc être incapable de payer les salaires des fonctionnaires de l’Etat, incapable également d’assurer les aides sociales comme l’assurance chômage. Autant dire que ce serait véritablement problématique. Et cela à cause des divergences politiques entre le gouvernement et la chambre des conseillers où l’opposition est majoritaire. Les partis d’opposition bloquent une loi consistant à autoriser le Japon à vendre des obligations pour financer une partie de son budget. Si cette loi ne passe pas, le budget en question ne pourra être assuré et la situation décrite plus haut deviendra réalité.

En Europe, un énième plan a été annoncé il y a quelques jours suite à une énième rencontre des dirigeants européens visant à sortir de cette crise de l’euro. Mais comme nous le montre Kitetoa chez Reflets, ce plan a encore une fois échoué. Les marchés ne sont plus dupes. Les taux d’intérêt espagnols et italiens, après avoir baissé le jour de l’annonce, sont déjà remontés en flèche.

Et pour une fois, on peut les comprendre car l’argent promis par ces plans à répétition est purement fictif. Les aides financières sont émises par le MES (Mécanisme européen de stabilité) ou devrais-je dire seront émises car cette entité n’existe pas encore. Or ce MES tire lui-même ses fonds des pays membres de la zone euro. Je vous laisse regarder la liste des plus gros contributeurs :

Oui vous avez bien vu, les pays que l’on cherche à aider sont les 3ème et 4ème plus gros contributeurs. Donc résumons, le MES va allouer une aide financière à l’Espagne mais celle-ci aura donné au MES 11% de cette aide. D’accord, pourquoi pas. Mais ça ne s’arrête pas là et Nigel Farage, député européen britannique, également chef du parti pour l’indépendance du Royaume Uni, explique merveilleusement bien la stupidité des plans d’aides saveurs de l’europe :

[youtube:https://www.youtube.com/watch?v=w67zRE6Io28%5D

Il explique ici que l’Italie, 3ème contributeur du MES devra donc émettre 20% de l’aide allouée à l’Espagne avec un taux d’intérêt de 3% (Oui l’Europe est généreuse mais il y a quand même des intérêts). Or l’Italie, comme je vous l’ai indiqué dans le graphique précédent, doit se financer à un taux de 5.98%. Oui vous avez bien compris, elle prête à l’Espagne avec un taux de 3% de l’argent qu’elle a elle-même emprunté à un taux de 6%.

Mais après tout cela, notre cher président vient nous annoncer que le plan de sauvetage sera une réussite. Nous somme loin, très loin du succès annoncé. Tous ces éléments ont plutôt l’air de nous annoncer un gros et épique fail. Alors, serrez les dents (pour ne pas dire autre chose) et attendez-vous à revoir bientôt un nouveau sommet européen annonçant un nouveau plan au succès assuré…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s